mercredi 16 juillet 2014

Miyakojima island : récit de l'arrivée (pas tout à fait à chaud)

Cela fait trois bonnes semaines que nous sommes rentrés de nos vacances passées - principalement - sur l'île de Miyakojima au Japon et je me décide enfin à laisser ici une trace de mes premières impressions sur ce séjour.
Mais où est-donc cette île qui regroupe un peu plus de 50 000 habitants, autrement dit une poignée à l'échelle de la population japonaise ? C'est là:

NDLR: C'est perdu en mer de Chine.
En gros, coincée entre Taïwan et l'île principale de la préfecture d'Okinawa (qui s'appelle "Okinawa", je vous le donne en mille), l'île (-jima = île en japonais) de Miyako ressemble à un triangle entouré de plus petites îles dont la plus grosses est Irabu island.
See the map
Il est beau ton "triangle".

Pourquoi avoir choisi cette destination ? Là, je sors ma liste:
  • J'aime les îles tropicales (je pourrai développer sur le "pourquoi du pourquoi" mais ça prendrait trop de temps).
  • J'avais apprécié le Japon pour les deux fois précédentes où j'y avais mis les pieds (respectivement à Sendai puis à Osaka) et souhaitais y retourner.
  • C'est assez simple de s'y rendre en s'organisant suffisament à l'avance (Paris-Osaka via Rome-Okinawa-Miyakojima... bon, faut le vouloir quand même), le tout dans un laps de temps honorable. Comptez 24 heures pour le tout.
  • La cuisine d'Okinawa est réputée et mon palais m'a effectivement remercié.
  • C'est un endroit assez peu surpeuplé.
  • ...pleins d'autres raisons.
En somme, le dépaysement cher au voyageur était garanti. Nous n'avons pas été déçus.

Arrivés pas super frais à cause du transit (aéroportuaire) à Okinawa et de notre long voyage de la veille pour arriver à Osaka, nous avons été cueillis à la sortie de l'aéroport par une gentille demoiselle de la guesthouse dans laquelle j'avais réservé (au nom d'une originalité rare : Miyakojima Guesthouse). 15 minutes plus tard nous étions avec nos valises, suants et collants du slip, à l'accueil pour faire le check-in. Puis nous rentrons dans notre chambre pour enclencher la clim et mettre la tête dans le frigo. 35°C et 80% d'humidité, c'est un peu Bangkok la pollution en moins. Une chose est sûr, adios les chaussettes et bienvenues les tongues.
Le bâtiment ne date pas d'hier mais on s'y sent bien et le patron est très sympa.
Le plafond de notre chambre vaut bien une photo.
Sous cette chaleur, je me dit qu'en scooter - puisque notre hôte en loue - ça ne sera pas de trop pour aller faire les courses mais pas de bol, nous n'avons pas anticipé le fait qu'un permis international traduit en japonais est nécessaire pour louer une voiture mais AUSSI un scooter. Tentative de négociation, négatif, tentative de corruption, négatif. Rien à faire, nous devons nous rabattre sur les vélos. Les japonais ne rigolent décidemment pas avec les règles (on aurait tord de s'en plaindre à mon avis). Nous voici donc sur des vélos, ayant l'avantage d'avoir un petit panier à l'avant, ce qui est pratique pour ne pas porter votre sac à dos sur le...dos et transpirer encore plus, en route pour le petit supermaché du coin (un convenience store, qui comme sont nom l'indique est pratique, et pour cause, il est ouvert 24h/24). Achats de boissons et quelques petites douceurs basiques mais pas tant que ça vu les produits dans les rayonnages qui nous sont souvent inconnus - mais aussi parce qu'on ne sait pas lire le japonais à l'exception de quelques caractères de base. Il est déjà plus de 21h quand nous revenons à notre chambre avec deux envies : se laver et se coucher. Choses faites. Rendez-vous au lendemain avec le prochain article.

Jamais crevé avec ! Comme quoi, la qualité japonaise...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser un commentaire pas trop débile.
Thanks for leaving a non-dumbass comment.